Journée Météorologique mondiale : Thierno Alassane Tall Ministre des transports aériens charge le service météorologique !

météoLe Sénégal a célébré hier, mercredi, la journée météorologique pour commémorer l’entrée en vigueur, le 23 Mars 1950, de la convention portant création de l’organisation météorologique mondiale. Le thème choisi cette année : « Assurer la veille météorologique pour protéger les personnes et les biens ». Le Ministre des infrastructures et des transports, Thierno Alassane Tall invite l’ANACIM à sensibiliser les populations à temps, tout en évitant certaines défaillances.

Au Sénégal, la journée météorologique mondiale est exceptionnellement célébrée, le 27 mars ; elle a pour objectif de mieux faire connaître les activités des services météorologiques et hydrologiques nationaux et de faire en sorte que ces derniers soient appréciés à leur juste valeur. Le thème choisi pour cette année met en exergue la principale mission des services météorologiques nationaux, à savoir la réduction du nombre de victimes et la limitation des dégâts causés par le temps et le climat. « Les phénomènes météorologiques, ont toujours eu des impacts graves sur les sociétés » a dit Thierno Alassane Tall, le ministre des infrastructures et des transports. Selon les statistiques de l’organisation météorologique mondiale, durant les trente dernières années, le ministre des infrastructures a laissé entendre que, « les catastrophes naturelles ont fait plus de 2 millions de victimes et entraîné des pertes économiques évaluées à plus de 1500 milliards de dollars des Etats-Unis. Pour Thierno Alassane Tall, 90°/° des catastrophes naturelles intervenues pendant la dernière décennie sont d’origine météorologique. M .Tall a fait savoir que les catastrophes, liées le plus souvent aux inondations, et aux vagues de chaleur ou de froid, selon l’endroit, ont causé des pertes économiques considérables.

« Les Sénégalais ont en mémoire, les catastrophes causées en septembre 1999 par la tempête Cindy qui avait occasionné beaucoup de pertes en vie humaines et en matériels, dans le secteur de la pêche maritime artisanale » a rappelé le ministre des infrastructures. Durant la même année, Thierno Alassane Tall a fait comprendre que « l’économie nationale avait subi un important déficit céréalier suite aux pauses pluviométriques ». En 2004, malgré une pluviométrie normale, les récoltes ont été dévastées par l’invasion de criquets pèlerins ; ce qui a obligé le gouvernement du Sénégal à déployer des opérations d’envergure nationale et internationale. Cependant, indique le ministre, les pertes liées à l’évolution du temps et du climat peuvent être anticipées, si on dispose de prévisions météorologiques fiables. Pour le ministre des transports, il est nécessaire, que les stratégies nationales de développement socio économique tiennent compte des informations météorologiques, car dira t-il, la promotion d’une culture météo reste la préoccupation de tous. Le ministre de poursuivre : « les systèmes d’observation constituent donc un maillon essentiel dans le dispositif national de protection des personnes et de biens ». Pour cela, il invite la direction de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologique à mettre en place un bon système d’alerte pour assurer une bonne sensibilisation auprès des populations afin de réduire leur vulnérabilité. M.Tall s’indigne du récent accident ayant occasionné la mort de douze pêcheurs à Saint-louis : « c’est une situation douloureuse et déplorable » dit-il. Il demande  de mettre l’information  météorologique à la disposition des populations.

« Nous sommes en train de déployer des efforts considérables pour que des phénomènes dangereux fassent l’objet d’une surveillance systématique et continue » a répondu Pape Atoumane Fall, directeur Général de l’ANACIM. Il reconnaît qu’il est impossible pour un Etat de prévenir les catastrophes naturelles. Dans le domaine du transport aérien, la météorologie  a des missions déterminantes pour la sécurité de la navigation aérienne. Le directeur de l’agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie fait remarquer que, les conditions météorologiques constituent très souvent, les causes principales ou les facteurs contributifs aux accidents d’avions. Pour faire face à la recrudescence de phénomènes extrêmes, M.Tall a fait savoir que, l’ANACIM a besoin d’équipements et de ressources humaines de façon à permettre une amélioration permanente de leur service, en fonction des besoins des populations.

 

The following two tabs change content below.
metzou8
Journaliste professionnel diplômé, titulaire aussi d'un master en communication et marketing. J'exerce le journalisme depuis une vingtaine d'années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *