« Le café Touba » : nouveau gagne pain des chômeurs Sénégalais!

Article : « Le café Touba » : nouveau gagne pain des chômeurs  Sénégalais!
8 avril 2013

« Le café Touba » : nouveau gagne pain des chômeurs Sénégalais!

caféOn constate depuis quelque temps une montée fulgurante de la vente du café appelé « café Touba ». Cette activité devenant vite le gagne pain de la plupart des jeunes car le café Touba étant consommé en grande quantité et à n’importe quel moment dans l’ensemble du territoire sénégalais. Qu’est ce qui explique cette forte consommation du « café touba » ? Est-ce tout simplement une preuve d’appartenance à la confrérie mouride ? Pourquoi autant de vendeurs dans les rues de Dakar ? Mondoblog s’est rendu sur le terrain pour vous livrer ce reportage sur cette activité qui cache bien des secrets.

Au Sénégal, la vente du café Touba est devenue un métier pour de nombreux jeunes. A Dakar, partout dans les rues, hommes et femmes s’adonnent à ce métier.

Nous sommes à Grand-Yoff, non loin du marché où nous avons rencontré Mamadou Fall un jeune assis à côté d’une cantine, sourire aux lèvres, nous parle de ce job.

Pour ce jeune, c’est un métier qu’il a commencé depuis trois ans. Il laisse entendre qu’il s’en sort très bien. « Chaque jour, je fais le tour du quartier Grand-Yoff en allant jusqu’à la patte d’oie. Je vends la tasse à 5O francs » dit-il.

Selon lui, nombreuses personnes se ravitaillent avec le café : « je suis très connu au quartier » a fait savoir le vendeur.

Au marché Sandaga aussi, c’est le même décor. Malgré un vent violent qui souffle, Bara un jeune vendeur de café Touba est assis à côté de sa table avec le coran à la main. Selon lui, il gagne 4000 à 4500 francs par jour ; mais il arrive des jours où le bénéfice est réduit à la baisse.

« Je m’appelle Mamadou. Je suis venu de Ndiassane pour vendre du café Touba. Cela fait à peine trois mois » explique t-il.

Avant d’ajouter : « pendant l’hivernage je retourne au village pour cultiver les champs ». Pour Mamadou, il parvient à entretenir sa petite famille avec ses maigres économiques.

Pour les consommateurs, la satisfaction est le sentiment le mieux partagé, ils apprécient tous à la juste valeur la vente du café Touba. Selon eux, il est agréable à boire. Surtout en cette période de froid, ils indiquent « que le café est obligatoire à boire ».

S’il y a bien un commerce qui se fraie un passage dans la capitale sénégalaise, c’est bien le café Touba. Aujourd’hui, les vendeurs de ce liquide noirâtre sont visibles dans tous les coins de rue.

 

 

Partagez

Commentaires

Serge
Répondre

c'est vraiment étrange car moi en allant au sénégal, je m'attendais à voir les gens consommer du thé Ataya à longueur des journées. J'avais été informé par un ami dakarois qui vit au brésil que ce thé était la boisson nationale du sénégal. l'ayant goûté à plusieurs reprises, j'en suis devenu très attaché mais à ma surprise je rencontre des rues dakaroises prises par ce café je ne sais quoi....

ce n'est pas vraiment di café heim... j'en ai pris une gorgée... horrible!!!

le bonjour Metzou...

Amdy
Répondre

De nos jours personne ne nie l'impact du café Touba sur nos populations locales et bien au delà du Sénégal. Au fil des années étant devenu une activité professionnelle très lucrative, pas mal de personnes s'y intéressent, bien serait de mettre en place des moins pour accompagner et aider tous ceux qui souhaiteraient en faire une source de revenus. En sachant que pour le café Touba il y a une torréfaction et un dosage bien spécifique ce qui lui donne toute sa saveur et sa particularité.