En Assemblée Générale : l’ASTAT plaide pour la réforme du cadre législatif et institutionnel

 statistiquesLe système statistique national (SSN) a été marqué durant la dernière décennie par la réforme du cadre législatif et institutionnel entreprise à partir de l’année 2004.   Malgré tout, des lacunes demeurent et il reste à faire pour parachever la réforme. Les membres de l’association sénégalaise pour la statistique réunis en assemblée générale ce week-end invitent le gouvernement à proposer un SSN cohérent, assurant une couverture complète de toutes les activités économiques, culturelles et sociales.

L’Association sénégalaise pour la statistique a été crée en 1994 et a reçu son récépissé de déclaration du ministère de l’intérieur en 1995. Toutefois, l’association n’a pas été dynamique particulièrement au cours des dernières années. « Notre association est ouverte à des statisticiens comme à des non statisticiens, aux sénégalais comme aux étrangers vivant au Sénégal. La volonté commune de participer à la promotion de la statistique constitue le fondement de ce regroupement de femmes et d’hommes d’horizons » a soutenu Amadou Talla Guèye, président de l’ASTAT.

Pour Amadou Talla Guèye, l’ASTAT n’est pas un syndicat ; même si elle se réserve le droit et le devoir de se prononcer sur toutes les questions ayant trait au développement de la statistique au Sénégal. Dans son intervention, il a rappelé la réforme du cadre législatif et institutionnel entreprise à partir de l’année 2004. « Le mouvement de réforme a permis au SSN de bénéficier d’acquis certains dans un environnement marqué par un engagement plus fort de l’Etat au service du développement de la statistique » dit-il. Toutefois, le président de l’ASTAT laisse entendre « qu’il reste à faire pour parachever la réforme et engranger tous les bénéfices dont elle est porteuse ».

« Si la réforme du SSN au niveau de l’organisme statistique central est à un stade très avancé, elle reste à faire au niveau des structures statistiques sectorielles qui sont laissées en rade » poursuit-il. Cinq ans après la mise en œuvre du SDS, M .Guèye estime qu’il urge de « proposer au gouvernement un plan d’action réaliste pour bâtir un SSN cohérent et stable ».

Pour les membres de l’ASTAT, l’ambition doit être de construire un SSN où aucun secteur ne sera en dehors du champ visuel du statisticien. Selon eux, l’amélioration de la qualité des statisticiens est devenue une préoccupation majeure de la communauté internationale des statisticiens.

« Malgré les importants efforts financiers de l’Etat au cours des dix dernières années, le financement des activités statistiques, et notamment des recensements et des grandes enquêtes nationales, demeure largement dépendant des bailleurs de fonds étrangers » se plaint Amadou Talla Guèye, président de l’ASTAT.