Convocation des libéraux à la gendarmerie de Colobane: le PDS lance un cri de détresse!

Le Parti Démocratique Sénégalais informe l’opinion nationale et internationale de l’option du Gouvernement d’engager, dans une désinvolture jamais égalée, des poursuites judiciaires à l’encontre des principaux responsables du PDS, en violation flagrante des droits et libertés que garantissent la Constitution, la loi organique portant Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les lois et règlements du Sénégal.

En dépit de multiples rappels des règles applicables en la matière et qui accordent aux anciens membres du gouvernement, un privilège de juridiction d’une part et de l’autre, l’inviolabilité parlementaire qui protège le député en session, le Procureur spécial près la Cour de Répression de l’Enrichissement illicite continue d’attraire les personnes concernées devant la brigade de recherche de la gendarmerie nationale pour les entendre.

Par ailleurs, sans qu’aucune décision de justice ne l’y autorise, le Procureur Spécial près la CREI a crû devoir outrepasser ses compétences et interdire à une cinquantaine de personnes dont d’anciens ministres et des députés, la sortie du territoire national en violation de la liberté d’aller et de venir du citoyen consacrée par notre loi fondamentale.

 » Ces manquements attentatoires aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales renseignent sur la volonté de ceux qui nous gouvernent de fouler au pied l’Etat de droit dont le respect s’impose à tous. Qui plus est, la machine répressive de la justice des vainqueurs, aveuglée par son obsession de décapiter le principal parti d’opposition, s’emmêle les pédales, se trompe et change de fusil d’épaule au gré de ses tâtonnements depuis le début de cette chasse aux sorcières » fait remarquer le coordonnateur national du parti démocratique sénégalais dans un communiqué.

Le rubicond a été franchi ce matin avec la convocation du député Oumar Sarr qui a été retenu a la gendarmerie pendant trois heures en dépit de son statut alors qu’au même moment l’Assemblée nationale était en séance plénière pour examiner la loi sur la Haute Cour de justice; même s’il a été libéré après qu’ils se sont rendu compte encore une fois de leur erreur de procédure. « Le mal est déjà fait et le Parti Démocratique Sénégalais se réserve tous les droits de faire réparer ces violations graves de la Constitution et atteintes aux libertés individuelles devant les juridictions compétentes. Et d’en informer les institutions parlementaires internationales et toutes les organisations soucieuses de la défense des droits et libertés »indique le communiqué.

Pour toutes ces raisons, le PDS en appelle à la sérénité et au respect strict des droits inaliénables du citoyen à une justice indépendante, équitable, non discriminatoire et respectueuse des lois et règlements de notre pays.

En outre, le Comité directeur exhorte tous les responsables, militants et sympathisants du PDS ainsi que les démocrates épris de paix et de justice de se mobiliser pour la défense de la Démocratie, des droits de l’homme et des libertés publiques inscrits dans notre Constitution pour barrer la route aux fossoyeurs du système démocratique que notre vaillant peuple a acquis de haute lutte. Il informe la Communauté internationale de ces dérives inacceptables et tient responsable le Gouvernement du président Macky Sall de tout ce qui pourrait advenir suite à ces agression permanente contre le PDS,  principale force politique du pays.

 

Enquête sur l’enrichissement illicite : les libéraux se révoltent !

  Après la convocation de Karim Wade à la caserne Samba Diery Diallo de Colobane ,les libéraux se sont réunis sur la Vdn pour dénoncer les agissements du régime en place. Ils ont laissé entendre qu’ils sont nullement inquietés parces tentatives d’intimidation, déclarent dans un communiqué envoyé hier soir.  » Après avoir été jetés en pâture à l’opinion pendant plusieurs semaines et menacés de condamnation à travers les médias par le Procureur Spécial Alioune NDAO, des responsables de notre parti, dont le régime de Macky SALL veut faire des boucs émissaires, sont entendus depuis hier, dans le cadre d’enquêtes de police déjà annoncées » a soutenu le coordonnateur du Pds Oumar Sarr dans un communiqué .

Avant d’ajouter: « C’est ainsi que le frère Karim WADE a été longuement entendu à la gendarmerie, dans des conditions inédites.

Curieusement, le procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite, accompagné d’un de ses substituts a participé à l’audition qu’il s’est évertué à perturber sans cesse soit en passant directement des mots aux enquêteurs, soit en demandant des suspensions de séances. Au même moment, son substitut faisait transmettre en direct par téléphone portable le contenu de l’audition à l’extérieur. Par ce procédé inédit dans les annales des enquêtes de police et révoltant dans un système démocratique, des personnes totalement étrangères à l’enquête en sont informées dans les moindres détails et sont mises en situation d’intervenir directement et illégalement dans son déroulement » dit-il.

Pour le coordonnateur du parti démocratique sénégalais, le pouvoir exécutif (le Président de la République ou le Ministre de la Justice), dont dépend le procureur spécial, a pu de cette façon créer toutes les conditions pour mettre en cause la liberté et l’impartialité des enquêteurs et faire planer des doutes sur l’indépendance de la justice et sa capacité à organiser des procédures respectant les droits de la défense. « Plus curieusement, alors qu’ils n’ont reçu ni convocation ni notification de quelque acte les concernant, les responsables du PDS, déjà cités par le procureur spécial lors de sa conférence de presse, ont appris qu’ordre a été donné de leur interdire de quitter le territoire national. Aucune mesure de contrôle judiciaire n’a été légalement prise à leur encontre, de telle sorte que toute entrave à leur liberté d’aller et de venir, en l’état, constitue une inadmissible forfaiture par la violation d’une liberté constitutionnelle » explique t-il.

Le PDS dénonce avec force de tels actes, préfigurant une dictature rampante et une volonté manifeste de contrôler le pouvoir judiciaire pour en faire le bras armé de règlement de compte politique.

« Monsieur Macky SALL, dont les récents propos à La Haye heurtent nos consciences et la foi que nous avons aux prières de nos guides religieux, vient encore une fois de faire la preuve de son incapacité à tenir ses promesses et ses engagements et veut distraire nos populations dans une chasse aux sorcières qui, espère t’il, fera oublier la dureté de leurs conditions de vie. Ce n’est pas un hasard que le prix de certaines denrées de première nécessité ait augmenté le jour de l’audition du frère Karim WADE »déclare M. Sarr.

 » Les affidés et souteneurs de Monsieur Macky SALL ont, au surplus, décidé de porter atteinte à notre démocratie en menaçant de s’en prendre à notre parti pour l’empêcher d’exercer ses droits. Le PDS fera face avec vigueur et détermination » poursuit-il dans le communiqué. Il attire, une fois de plus, l’attention des populations et de la communauté internationale sur la disponibilité de tous ses responsables à répondre de leur gestion des affaires publiques, mais à la condition que tout se passe dans un esprit d’équité, de justice, de respect de la légalité constitutionnelle, sans parti-pris, ni discrimination ou volonté de règlement de compte politique par une manipulation de la justice. En tous les cas, les militantes et militants et tous les responsables du Parti Démocratique Sénégalais se tiennent prêts pour mettre en œuvre toutes les actions décidées dans les instances pour défendre la démocratie et les libertés.