Prise en charge de la scoliose au Sénégal : les patients souffrent et chargent Eva Marie Coll Seck !

   slociose  La scoliose est une tueuse sournoise, car lorsqu’elle n’est pas prise en charge assez tôt par une intervention chirurgicale, elle évolue insidieusement vers l’insuffisance cardio-respiratoire, réduisant inexorablement le champ pulmonaire et cardiaque provoquant à court et moyen terme la mort. Las d’attendre la réponse du ministre de la santé Eva Marie Coll Seck, « l’Association colonne du cœur Sénégal » monte au créneau en dénonçant le manque de considération des autorités étatiques.

« Depuis le mois de Février dernier, nous avons adressé une correspondance au ministre de la santé, mais sans suite ; nous attendons toujours sa réponse » se plaint Demba Joseph Senghor de l’Association Colonne du Cœur Sénégal ; il l’a dit hier soir, lors d’un point de presse que le centre hospitalier de l’Ordre de Malte a organisé à l’hôpital Fann. D’un ton amer, il a déploré le mutisme de leur tutelle qui, selon lui, tarde à réagir. « Nous voulons un soutien sans soutien de la part des autorités surtout en équipements et matériels pour nous sauver » dit-il.

Pour Mr Senghor, tout le monde n’a pas les moyens de se soigner en France : « personnellement, j’ai souffert durant ma maladie  avant que j’ai eu le soutien des bonnes volontés » témoigne t-il avec pathétique ».

« Je pense à  ceux qui n’ont pas eu  la chance de rencontrer des gens solidaires ; nous avons besoin de solidarité » a fait savoir Mr Senghor. Il se pose la question à savoir si les autorités existent dans ce pays.

« On ne peut pas atteindre les OMD, si les autorités se comportent ainsi ; nous interpellons en particulier le ministre de la santé Eva Marie Coll Seck ».

« J’insiste beaucoup sur l’aspect financier. Nous lançons un appel aux autorités parce qu’il y va de la vie des patients » a soutenu pour sa part Michel Germain directeur du centre hospitalier de l’ordre de Malte. Il laisse entendre que le coût de l’opération est cher.

Pour le médecin chef du CHOM, Dr Charles Kinkpe, les patients risquent d’avoir un handicap sérieux si ils ne sont pas pris en charge : « nous comptons sur les fonds pour pérenniser nos actions » assène t-il en se plaignant de certaines difficultés dans la prise en charge.

Qu’à cela ne tienne, le CHOM répond aujourd’hui aux besoins non satisfaits du Sénégal dans le domaine de la chirurgie de la main et de la scoliose et s’est enrichi d’un savoir-faire de plus en plus moderne. Depuis 2011, un nouveau bloc opératoire (en liaison directe avec une salle de téléformation) permet aux médecins de réaliser des actes chirurgicaux tout en formant du personnel à distance.