Fermeture des « daaras » : le forum jigeenu Medina charge Macky Sall et dénonce l’incompétence de certaines femmes

daarasLe président Macky Sall est bien averti. En tout cas, les femmes Médinoises mobilisées pour une bonne gouvernance locale n’acceptent pas la fermeture des«  daaras » au Sénégal. Au contraire, elles invitent l’Etat à recenser les écoles coraniques afin qu’elles répondent aux normes. Mieux, les femmes Médinoises n’apprécient guère l’incompétence de certaines femmes qui sont dans les grandes instances.

Au quartier de la Médina, le mal est toujours là au lendemain de la mort des jeunes talibés. Convoquant la presse hier, le forum jigeeni Médina Actions citoyennes est monté au créneau, il s’insurge contre la décision de l’Etat de mettre fin à la mendicité. Évoquant le drame survenu à la Medina, Maimouma Diop chargé de l’éducation et de la scolarisation des filles au sein du forum jigeenu Médina laisse entendre que les responsabilités sont partagées. « Nous avons recensé trente «  daaras » à la Médina qui sont dans des conditions déplorables »dit-elle.

Avant d’ajouter : « nous ne sommes pas d’accord de la décision des autorités pour fermer les écoles coraniques » martèle t-elle. Pour Mme Diop, les autorités doivent seulement veiller au grain pour voir si les daaras répondent aux normes. Dans cet ordre d’idées, elle invite tous à s’asseoir autour d’une table pour trouver une issue heureuse. « Nous ne soutenons pas une telle décision » a dit pour sa part, Yacine Diagne la présidente du forum. Elle invite les autorités à revoir leur position avant de prendre une décision. Sur un autre registre, elle a dénoncé l’incompétence de certaines femmes qui, d’après elle, occupent des postes de responsabilité. Selon ses explications, cela ne veut pas dire que la porte du forum jigeen est fermée ; elle veut juste attirer l’attention des autorités.

Les femmes de la Médina ont aussi évoqué des problèmes liés à la participation de la communauté dans la gestion de l’éducation. Face à cette situation le forum des femmes compte s’impliquer dans des actions concrètes et influencer les décideurs pour provoquer ensemble les changements en faveur d’une amélioration de la qualité de l’éducation pour tous à la Médina. Sur le plan économique, Yacine Diagne indique que les femmes de la Médina sont confrontées à des difficultés, notamment l’accès aux ressources financières. Mieux, elle a déploré le cadre de vie et l’environnement de la Médina : « nous voulons la construction d’un nouveau centre de santé ; de même la redéfinition et la clarification du profil et fonction des structures du CPMI. Elle se désole du réseau d’assainissement à la Médina : « un programme d’urgence d’assainissement globale doit être mis en œuvre pour le réseau d’assainissement et le marché Thilène » propose t-elle. En définitive, le forum jigeenu Médina Actions citoyennes a mis sur la table un cahier de propositions pour la bonne gouvernance locale. Aux décideurs d’apprécier à sa juste valeur les propositions des femmes de la Médina qui n’ont que leurs yeux pour pleurer.

 

J’ai mal pour mon pays !

macky sall  Le Sénégal, mon pays,traverse des heures pour le moins sombres. L’agriculture, poumon de toute économie saine, est quasiment à l’agonie. Avec un déficit vivrier abyssal, et une filière arachide à terre depuis quelques années. Sur un autre plan, le secteur de l’éducation, par excellence sève nourricière concourant au progrés de la nation, est traversé par de violentes convulsions qui risquent de plomber durablement son avenir. Les principales  industries, qui faisaient notre légitime fierté, rendent l’âme une à une. Et la liste est loin d’être exhaustive. C’est dans ce contexte pour le moins lourd de menaces de toutes sortes, qui est tombé sur la liste du brave Gorgrlu, l’augmentation aussi brutale que sauvage des prix des denrées de première nécessité.

Face à une réalité aussi apocalyptique, le pouvoir de Macky Sall semble avoir opté pour l’insouciance, avec un train de vie dispendieux. Toujours plus « d’alternoce « ! Députés ministres, conseillers font festin quotidien. Toujours plus nombreux et toujours aussi grassement payés et véhiculés. Jusqu’à quand ce paradoxe.

J’ai mal pour mon pays!

Convocation des libéraux à la gendarmerie de Colobane: le PDS lance un cri de détresse!

Le Parti Démocratique Sénégalais informe l’opinion nationale et internationale de l’option du Gouvernement d’engager, dans une désinvolture jamais égalée, des poursuites judiciaires à l’encontre des principaux responsables du PDS, en violation flagrante des droits et libertés que garantissent la Constitution, la loi organique portant Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les lois et règlements du Sénégal.

En dépit de multiples rappels des règles applicables en la matière et qui accordent aux anciens membres du gouvernement, un privilège de juridiction d’une part et de l’autre, l’inviolabilité parlementaire qui protège le député en session, le Procureur spécial près la Cour de Répression de l’Enrichissement illicite continue d’attraire les personnes concernées devant la brigade de recherche de la gendarmerie nationale pour les entendre.

Par ailleurs, sans qu’aucune décision de justice ne l’y autorise, le Procureur Spécial près la CREI a crû devoir outrepasser ses compétences et interdire à une cinquantaine de personnes dont d’anciens ministres et des députés, la sortie du territoire national en violation de la liberté d’aller et de venir du citoyen consacrée par notre loi fondamentale.

 » Ces manquements attentatoires aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales renseignent sur la volonté de ceux qui nous gouvernent de fouler au pied l’Etat de droit dont le respect s’impose à tous. Qui plus est, la machine répressive de la justice des vainqueurs, aveuglée par son obsession de décapiter le principal parti d’opposition, s’emmêle les pédales, se trompe et change de fusil d’épaule au gré de ses tâtonnements depuis le début de cette chasse aux sorcières » fait remarquer le coordonnateur national du parti démocratique sénégalais dans un communiqué.

Le rubicond a été franchi ce matin avec la convocation du député Oumar Sarr qui a été retenu a la gendarmerie pendant trois heures en dépit de son statut alors qu’au même moment l’Assemblée nationale était en séance plénière pour examiner la loi sur la Haute Cour de justice; même s’il a été libéré après qu’ils se sont rendu compte encore une fois de leur erreur de procédure. « Le mal est déjà fait et le Parti Démocratique Sénégalais se réserve tous les droits de faire réparer ces violations graves de la Constitution et atteintes aux libertés individuelles devant les juridictions compétentes. Et d’en informer les institutions parlementaires internationales et toutes les organisations soucieuses de la défense des droits et libertés »indique le communiqué.

Pour toutes ces raisons, le PDS en appelle à la sérénité et au respect strict des droits inaliénables du citoyen à une justice indépendante, équitable, non discriminatoire et respectueuse des lois et règlements de notre pays.

En outre, le Comité directeur exhorte tous les responsables, militants et sympathisants du PDS ainsi que les démocrates épris de paix et de justice de se mobiliser pour la défense de la Démocratie, des droits de l’homme et des libertés publiques inscrits dans notre Constitution pour barrer la route aux fossoyeurs du système démocratique que notre vaillant peuple a acquis de haute lutte. Il informe la Communauté internationale de ces dérives inacceptables et tient responsable le Gouvernement du président Macky Sall de tout ce qui pourrait advenir suite à ces agression permanente contre le PDS,  principale force politique du pays.

 

Cinquantième anniversaire de la BCEAO : Macky Sall regrette l’application des taux d’intérêt

La banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest a célébré hier son cinquantième anniversaire dans les locaux de son siège à Albert Sarraut.

C’est le président Macky Sall qui a présidé la cérémonie d’ouverture ; il a vivement regretté l’application de taux d’intérêt prohibitifs sur les crédits agricoles, les crédits à l’habitat social et les crédits pour la lutte contre la pauvreté en faveur des femmes et des jeunes ».

Dans ce sens, il invite la banque centrale à apporter des réflexions positives sur les réponses attendues.

« Je souhaite que la banque centrale puisse rapidement trouver des solutions au plus vite pressé » a soutenu Macky Sall.

Il a ainsi fait remarquer que les pays de la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) se sont engagés à insuffler une croissance économique vigoureuse, durable et inclusive de leurs économies en vue de pouvoir répondre à la demande sociale de plus en plus forte.

« Toutefois, ces ambitions restent confrontées à des défis majeurs liés à la question importante du financement de nos économies dans un contexte marqué au plan international par la baisse de l’aide publique au développement, une sélectivité dans la réalisation des investissements directs étrangers et au plan interne par des pressions constantes des finances publiques de nos Etats déjà fragilisés par des chocs exogènes récurrents », regrette M.Sall.

Selon le président Macky Sall, les taux d’intérêt sont nombreux dans les banques privés ; cela peut porter préjudice à l’économie. Il laisse entendre qu’il est temps que les banques puissent participer au développement des pays africains. Il invite la banque centrale à réfléchir sur ce point, car le président Macky Sall se plaint des taux trop élevés.

« Je sais que la BCEAO a déjà entamé des actions fortes afin de mieux restructurer et approfondir le marché financier pour permettre aux agents économiques privés et publics de se financer dans de meilleures conditions ; mais je demande plus transparence dans le dialogue.

 

« Tantôt ces derniers disent que ce sont les taux directeurs de la BCEAO qui sont élevés ou alors tantôt les crédits sains qui sont déposés par les assureurs sont des moyens très chers à la location ou alors ce sont les taxes des Etats qui influent négativement », ajoute M.Sall.

Le  thème retenu est « Intégration monétaire et mutation du système financier : défis et perspectives ». Les travaux prennent fin ce mardi.

 

Présidentielle 2017 : Idrissa Seck se prépare pour défier Macky Sall

 L’ancien Premier ministre Idrissa Seck n’a jamais caché son ambition présidentielle. Il n’a pas pu devenir le quatrième chef d’Etat du Sénégal. Le titre est revenu à Macky Sall, qui lui avait succédé à la Primature et qu’il avait soutenu contre le candidat sortant, Abdoulaye Wade. Mais leur alliance ne tardera pas à se casser, Idy entendant défier Macky Sall, en 2017.

Idrissa Seck avait soutenu le candidat Macky Sall au deuxième tour de la  dernière présidentielle, « sans condition ». N’empêche, celui-ci ayant triomphé de leur ancien mentor Me Abdoulaye Wade a nommé deux de ses proches dans le gouvernement d’Abdoul Mbaye. Mais, les ministres de son parti, « Rewmi », que sont Pape Diouf et Omar Guèye peuvent faire leurs valises. Ce ne sera pas seulement à cause de la guerre larvée, de plus en plus spectaculaire, que se livre leur formation politique avec celle du président Macky Sall. Au contraire, le débauchage de militants de Rewmi par des cadres de l’Alliance pour la République, au pouvoir, sera le prétexte pour Idrissa Seck de rompre le lien qui le lie à Macky Sall. Il aura l’avantage de prendre les Sénégalais à témoin : c’est celui-ci qui a été le premier à donner des entorses à leurs relations. Le fauteuil qu’occupe, présentement, Macky Sall est la seule « station » qu’ait visée Idy. Comme il disait : « Seul l’Un m’intéresse ». Les Grecs soutenaient que « tout est nombre ». Alors la guerre entre les deux anciens Premiers ministres de Me Abdoulaye Wade aura bien lieu. Ce n’est plus qu’une question de semaines. Nos sources sont catégoriques à ce sujet.

 

Après les incidents du match Sénégal/ Côte d’ivoire : Macky Sall présente ses excuses au peuple ivoirien !

Le président sénégalais Macky Sall n’a pas apprécié les événements qui se sont déroulés le samedi dernier au stade Léopold Sédar Senghor. Il a vivement présenté ses excuses au peuple ivoirien en laissant entendre que les relations entre la côte d’ivoire et le Sénégal ne datent pas d’aujourd’hui.

Des propos que Macky Sall a tenus depuis Kinshassa où il assistait au sommet de la francophonie.

Les incidents du match Sénégal : Côte D’ivoire est toujours sur les lèvres. Plusieurs sénégalais regrettent ces faits qui, selon eux, n’honorent pas l’image du pays.

Des incidents qui ont  émaillé le match Sénégal-Côte d’Ivoire du dernier tour des éliminatoires de la CAN 2013 de football.

Le chef de l’état sénégalais se désole vivement de cette situation ; c’est pourquoi, il a  présenté les excuses de son pays à la Côte d’Ivoire et à la Confédération africaine de football (CAF).

Sur les antennes de la télévision nationale, M .Sall a dit que ce comportement n’honore pas l’image du Sénégal. Il a demandé à ce que cela ne se passe plus au Sénégal.

L’on se rappelle, samedi dernier, la Côte d’Ivoire menait par deux buts à zéro lors du match retour du dernier tour des éliminatoires de la CAN 2013, au stade Léopold Sédar Senghor, quand les supporters des Lions ont interrompu la rencontre à la 76-ème minute en jetant des pierres sur la pelouse. Ils ont lancé des pierres empêchant même la poursuite du match.

 

Biens mal acquis : Abdoulaye Wade intouchable ! Abdoulaye Baldé prêt à allier avec le M23 et Y’en a marre.

Le président sortant Abdoulaye Wade peut dormir tranquillement. Car, il ne saurait être inquiété nullement sur les biens mal acquis, parce qu’il est intouchable.

C’est du moins ce qu’a déclaré hier, sur les antennes de France24, le président Macky Sall.

Interpellé sur les biens mal acquis, le président Macky Sall laisse entendre que son prédécesseur est intouchable. Cependant, il a dit à nos confrères de la chaîne française que des audits sont en cours, avant d’ajouter que toute les lumières seront faits.

« Nous devons lutter contre toutes les fléaux nuisibles à la bonne gouvernance » dit-il.

« Il n’est pas écarté d’ouvrir des poursuites judiciaires contre les personnes concernées »martèle le chef de l’Etat Sénégalais.

Le président Macky Sall informe que la machine judiciaire pourrait s’emballer bientôt. Donc les proches de Wade sont avertis.

Sur un autre registre, Abdoulaye Baldé ancien ministre d’Etat sous Wade , devenu maintenant le leader de l’union centriste du Sénégal lance des piques à Macky Sall. Son parti a été crée, il y’a de cela quelques mois. Ledit parti compte élargir sa base dans toute l’étendue du territoire national.

« Nous sommes dans l’opposition et s’il y’a des gens qui sont à côté du peuple, nous y serons avec eux. Nous sommes un parti centriste et modéré et à chaque fois qu’on a constaté que les intérêts du peuple sont menacés, que le gouvernement mis en place n’applique pas le programme pour lequel il a été élu, nous nous mettrons à côté de ceux qui le combattent » a soutenu Abdoulaye Baldé, le leader de l’union centriste du Sénégal.

« Nous sommes prêts à nous allier avec le M23 et Y’en a marre » pour défendre les intérêts du peuple » ajoute t-il.

 

7 Millions Fcfa emportés au cimetière de Bel Air : Macky Sall condamne l’acte

En conseil des ministres tenu ce jeudi au palais de la République, le président Macky Sall a vivement condamné les actes barbares qui ont eu lieu au cimetière de Bel Air. Il a demandé qu’une enquête soit diligentée le plus rapidement possible afin de mettre la main sur les malfaiteurs.

Incroyable mais vrai ! ce qui s’est passé au cimetière de Bel Air est vraiment honteux. L’on se demande même quelle mouche a piqué ces malfaiteurs pour faire un tel acte. Les cimetières ont été profanés par des malfaiteurs.

Le président Macky Sall s’est indigné de cette situation, il a manifesté une tristesse profonde ce jeudi lors du conseil des ministres.

Macky Sall a demandé à son ministre de l’intérieur à diligenter rapidement cette affaire.

Selon le communiqué du conseil des ministres, le président Macky Sall invite la police et la gendarmerie de mener une enquête.

Macky Sall exige des investigations sérieuses pour retrouver au plus vite pressé les malfaiteurs.

De l’avis de Antoine Niakh, gestionnaire du cimetière de Bel Air, ce fait ne date pas d’aujourd’hui : « il y’a de cela trois mois, nous avons remarqué des christs disparaissaient des croix tombales » dit-il.

Avant de révéler : « on a dénombré prés d’une centaine de tombes profanées, pour une valeur de 7 millions de francs cfa » a soutenu M.Niakh.

En tout cas, la police et la gendarmerie sont en alerte :cette affaire de la profanation des cimetières intéressé jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, à commencer par le président de la République Macky Sall.

Raison pour laquelle, il a donné ordre à son ministre de l’intérieur Mbaye Ndiaye ce jeudi, lors du conseil des ministres. Tous les commissariats de police sont mobilisés de même que la gendarmerie.

D’ailleurs, certaines sources révèlent que la police est sur des pistes, mais elle refuse pour le moment de commenter.

La piste la plus sérieuse est celle des revendeurs de bronze, une descente est prévue dans les fonderies pour mettre la main sur les receleurs.

Au total, le chef de l’Etat demande à ce que l’on renforce la sécurité dans les cimetières.

 

Bradage des terres du Cices :Le président Macky ira-t-il jusqu’au bout ?

Son prédécesseur à la tête du Sénégal, l’ancien président Wade, s’est permis de faire une sortie publique, pour le sommer de ne pas s’attaquer à ses ancien ministres, dont les gestions pourraient accoucher de sanctions pénales. Mais, Macky Sall semble décidé à s’atteler, qu’il continue de brandir. Seulement, toute la question est de savoir si le nouvel homme fort du régime ira jusqu’au bout, dans ce sens, du dossier qu’il est convenu d’appeler l’affaire « Cices » (Centre international du commerce extérieur du Sénégal).

Macky Sall a été ministre et Premier ministre de l’ancien président Abdoulaye Wade. Au-dessus de ces « stations », il a assisté et cautionné, dans les normes étatiques, de directeurs du Cices, parmi lesquels Adama Sall, qui sera nommé ministre quand il était à la Primature, et de Souleymane Baïdy Ndiaye, qui était un de ses premiers fidèles, dans la région de Kaolack. L’un et l’autre lui ont-il « profité », durant son ascension vers la magistrature suprême ; politiquement et financièrement. Il s’y ajoute que l’ancien président Abdoulaye Wade ne serait pas étranger à l’accaparement du domaine de la Foire, si décriée par les travailleurs du Cices. Cet ancien avocat ne manque pas de détenir, sous la main, des informations à ce titre. Last, but not least, le président Macky Sall aurait bénéficié d’une parcelle, revendue, dans le domaine attribué au politicien et homme d’affaires Mbackyou Faye, dans le cadre de la réalisation du « Monument de la renaissance africaine ». Autant d’allégations qui amènent à se demander, comme s’interroge un responsable du Cices, « si Macky ira, vraiment, jusqu’au bout » du bradage du domaine des Cices. Et, la situation de dégradation de ce patrimoine est telle que la nouvelle ministre du Commerce, Mme Mata Sy Diallo, se demande si la foire internationale de cette année pourra être organisée dans un domaine plus qu’atrophié.

 

Augmentation du gaz et du gasoil : Coup dur pour les ménagères !

Depuis que le Sénégal s’est installé au pouvoir, le Sénégal vit dans une impasse totale. Les Sénégalais ne savent plus à quel sain se vouer à cause des difficultés de l’heure. Coup dur pour les familles : parce que le Sénégal vit des moments le moins difficiles. Certains regrettent le départ du président sortant Abdoulaye Wade, tandis que d’autres dénoncent le mauvais jeu de Macky Sall qui, selon eux, n’a pas respecté ses engagements.

« Tout est cher dans le pays, on a augmenté encore le gaz. Le prix retourne là où il était » se plaint une femme ménagère que nous avons rencontrée aujourd’hui au marché Thilène.

« Si Macky Sall ne peut pas mieux faire que Wade, mieux vaut qu’il laisse le pays avant d’aller très loin » ajoute t-elle.

« Franchement, je n’ai rien  compris de Macky Sall. Depuis le départ de Wade, rien ne marche dans ce pays » a soutenu pour sa part, un chauffeur de taxi.

Le chauffeur de taxi d’expliquer : « le prix du gasoil a augmenté ».

Dans ces conditions, le chauffeur de taxi indique qu’il est impossible que lui et ses collègues puissent s’en sortir.

« Personnellement, je regrette le départ de Wade » déclare Mme Bâ  travaillant à Enda graf. Elle laisse entendre que les Sénégalais viennent de savoir que Wade est un travailleur.

« Même si Wade fait des erreurs, nous devons reconnaître au moins qu’il a bossé pour son pays. Avec Macky Sall, j’ai peur ; en plus du jour au lendemain, il nomme des ministres conseillers. J’ai appris aussi à travers la presse qu’il va augmenter son gouvernement » martèle Mme Bâ.

En tout cas, l’emballage la plus utilisée, celle de 6 kg qui s’échangeait à 3 350 Fcfa, vaut désormais 3 700 Fcfa, une hausse de 350 Fcfa. Celle de 9 kg qui valait 4 985 Fcfa, passe à 5 510 Fcfa, soit une augmentation de 525 Fcfa. En ce qui concerne l’emballage de 12.5 kg, il faut désormais 7 905 Fcfa pour l’obtenir contre 7 170 récemment ; et celle de 38 kg, 24 025 contre 21 795 de nos francs, soit une augmentation considérable de plus de 2000 francs.

Au-delà des maux, le monde rural souffre énormément. Mais les autorités n’en ont cure. Elles n’ont d’yeux que pour leurs intérêts personnels ; elles font la sourde oreille comme si rien n’y était. Et pire, le président Macky Sall promet d’augmenter la taille de son gouvernement. Pendant ce temps, les prix des denrées de consommation continuent, de monter en flèche… Au grand dam de l’éternel dindon de la farce. Gorgulou Sénégalais, bien sûr …