Le VIH l’empêche de faire du sport

SIDACe qui ennuie le plus M.Sall, ce sont les maladies opportunistes qui l’empêchent de faire son travail correctement. A chaque fois qu’il tombe malade, il doit prendre ses congés et consulter son médecin en service dans une clinique de Dakar. Il ne fait plus de sport comme avant, car le docteur lui a conseillé de ne pas se fatiguer. Professeur d’éducation physique, il regrette amèrement les longues courses qu’il faisait avec les élèves de son école, et qui étaient son passe temps favori.

Ses dépenses ont considérablement augmenté (presque doublé) car il ne profite pas des subventions alimentaires et gratuites offertes aux personnes vivant avec le vih dans les hôpitaux. Il préfère les laisser pour ceux qui sont plus défavorisés que lui. Il se plaint du manque d’associations d’enseignants vivant avec le VIH.