Budget des hôpitaux: Mais, où est donc passé l’argent ?

eva marie coll seckC’est un secret de Polichinelle : les structures sanitaires du pays traversent de réelles difficultés. Nos hôpitaux croulent sous le poids des dettes. Partout ailleurs, la situation est dramatique. Asphyxie hospitalière, structures lourdement endettées : ainsi pourrait-on condenser les maux du secteur ; tant le secteur est malade.

L’ampleur de la crise sanitaire, à laquelle le Sénégal est confronté, est largement reconnue. Elle est aggravée par la fragilité de ses systèmes de santé, qui ne sont pas outillés pour affronter ces difficultés. Depuis des années, les plus grands experts ont été mis à contribution et des sommes colossales ont été dépensées. Mais, à l’hôpital Abass Ndao, ce médecin qui parle, sous l’anonymat, tire sur les autorités : « L’Etat est responsable de la situation qui prévaut à Abass Ndao ». Il dit ne pas comprendre que l’Etat sénégalais investisse des milliards dans le secteur, sans que les travailleurs et les patients ne soient satisfaits. « Il y’a problème », se désole t-il, parce qu’il pense que l’Etat est le premier responsable. Il indexe « le ministère de la Santé dans son ensemble ». Rappelant que la loi 98-12 traitant de l’organisation et du fonctionnement des établissements stipule que les directeurs sont nommés par décret présidentiel, notre interlocuteur de relever : « Ils ont mis des directeurs sans pour autant nommer des managers ». Et de poursuivre : « Quand il s’agit de recruter des gens qui ne savent pas tenir une seringue, d’affecter des secrétaires qui ne peuvent pas manipuler un ordinateur, forcément, il y’aura un dépassement budgétaire ».

La main sur le cœur, ce technicien jure que les problèmes sont nombreux et sérieux dans les différents hôpitaux du Sénégal.

A Aristide le Dantec, la situation est pire. Déjà, il y a la vétusté de cette structure. Elle est devenue un vrai casse-tête pour les étudiants de la Faculté de médecine, qui avaient dénoncé à l’époque le professeur Jean Charles Moreau, chef de la clinique gynéco-obstétricale de la structure. Nos structures sanitaires sont malades. Hélas, le médecin qui doit les traiter n’est pas encore commis. En tout cas, Eva Marie Coll Seck a du pain sur la planche !

 

The following two tabs change content below.
metzou8
Journaliste professionnel diplômé, titulaire aussi d'un master en communication et marketing. J'exerce le journalisme depuis une vingtaine d'années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *