Actes de Vandalisme dans les cimetières catholiques : le forum civil condamne

La presse nationale, ces derniers jours, a relaté des actes de vandalisme perpétrés dans les cimetières catholiques de Saint Lazare et Bel Air à Dakar.

En effet, plus d’une centaine de tombeaux auraient été profanés par des individus non encore identifiés qui y auraient subtilisé des objets de piété, notamment des crucifix en bronze, dans la nuit du samedi 6 octobre.
Dans un communiqué, le Forum Civil condamne fermement de tels agissements de profanation qui relèvent d’atteintes graves à la dignité humaine et aux croyances religieuses en plus de relever de voies de faits susceptibles de troubler la quiétude de toute une communauté.  C’est pourquoi le Forum Civil invite les autorités compétentes, en particulier la municipalité de Dakar ainsi que les services de la sureté urbaine, à initier toutes les actions pertinentes afin d’identifier et de sanctionner les fautifs et de veiller à ce que de tels actes, dans l’avenir, ne puissent prospérer.

Journée internationale dédiée à la jeune fille : Plan Sénégal lance son 6ème rapport mondial « Apprendre pour la vie»

 La journée internationale de la jeune fille a été célébrée, ce jeudi, à Dakar (Sénégal). Le Lycée des filles John Fitzgerald Kennedy a été choisi pour abriter les manifestations. Cette manifestation, première du genre a été mis à profit par Plan/ Sénégal pour magnifier les performances de notre pays en matière d’accès des filles à l’école. A en croire Madame la Directrice de Plan/ Sénégal : « La première cérémonie de lancement du 6ème rapport mondial « Par ce que je suis une fille » ; « Apprendre pour la vie » coïncidant avec la journée internationale dédiée aux filles le 11 Octobre constitue le point de départ d’une campagne globale de réflexion , d’introspection et d’actions au niveau individuel et collectif sur la problématique de l’éducation des filles », a –t-elle souligné avant de revenir sur l’actif de sa structure en matière d’éducation : «  Depuis 5 ans, Plan globalement a réfléchi systématiquement sur la situation des files dans le monde. Chaque année, notre réflexion avec l’implication  des milliers de partenaires est sortie comme le rapport annuel « Par ce que je suis une fille». La conclusion des 5 dernières années d’activités primordiales est que Plan va mettre plus d’accent sur l’éducation des filles et s’engager dans le mouvement global pour la promotion de 9 ans de scolarisation des filles ».

Selon également ce rapport rendu publique à l’occasion de cette célébration, notre pays a réalisé des pas de géants dans le combat contre l’illettrisme des files : «  Au Sénégal, concernant l’accès, le taux net et le taux brut de scolarisation des filles ont même dépassé celui des garçons. Le rapport de cette année a réitéré  néanmoins, la situation qui était longuement connu encore une fois : que l’inscription au début de l’année scolaire n’est pas la garantie d’une présence quotidienne des filles à l’école, ni la fin. Bien que Plan félicite les réalisations des dernières années par l’Etat du Sénégal ».

Rappelons que l’ambassadrice de cette journée est la journaliste directrice de la RTS, Madame Gnagna Sidibé et que le slogan phare est : « Lever la main en faveur d’une éducation de qualité pour les fille ».


 

7 Millions Fcfa emportés au cimetière de Bel Air : Macky Sall condamne l’acte

En conseil des ministres tenu ce jeudi au palais de la République, le président Macky Sall a vivement condamné les actes barbares qui ont eu lieu au cimetière de Bel Air. Il a demandé qu’une enquête soit diligentée le plus rapidement possible afin de mettre la main sur les malfaiteurs.

Incroyable mais vrai ! ce qui s’est passé au cimetière de Bel Air est vraiment honteux. L’on se demande même quelle mouche a piqué ces malfaiteurs pour faire un tel acte. Les cimetières ont été profanés par des malfaiteurs.

Le président Macky Sall s’est indigné de cette situation, il a manifesté une tristesse profonde ce jeudi lors du conseil des ministres.

Macky Sall a demandé à son ministre de l’intérieur à diligenter rapidement cette affaire.

Selon le communiqué du conseil des ministres, le président Macky Sall invite la police et la gendarmerie de mener une enquête.

Macky Sall exige des investigations sérieuses pour retrouver au plus vite pressé les malfaiteurs.

De l’avis de Antoine Niakh, gestionnaire du cimetière de Bel Air, ce fait ne date pas d’aujourd’hui : « il y’a de cela trois mois, nous avons remarqué des christs disparaissaient des croix tombales » dit-il.

Avant de révéler : « on a dénombré prés d’une centaine de tombes profanées, pour une valeur de 7 millions de francs cfa » a soutenu M.Niakh.

En tout cas, la police et la gendarmerie sont en alerte :cette affaire de la profanation des cimetières intéressé jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, à commencer par le président de la République Macky Sall.

Raison pour laquelle, il a donné ordre à son ministre de l’intérieur Mbaye Ndiaye ce jeudi, lors du conseil des ministres. Tous les commissariats de police sont mobilisés de même que la gendarmerie.

D’ailleurs, certaines sources révèlent que la police est sur des pistes, mais elle refuse pour le moment de commenter.

La piste la plus sérieuse est celle des revendeurs de bronze, une descente est prévue dans les fonderies pour mettre la main sur les receleurs.

Au total, le chef de l’Etat demande à ce que l’on renforce la sécurité dans les cimetières.

 

Sélection nationale des lions du football: Après l’échec des Sénégalais, un européen attendu !

Après Amar Traoré, c’est  un autre international  de football, Joseph Koto, qui démontre ses limites pour conduire aux destinées de la « tanière ». Ainsi, il ne reste plus à la Fédération sénégalaise de football qu’à refaire appel à un entraîneur étranger.

On le redoutait. C’est arrivé : Le coach de l’équipe nationale de football, Joseph Koto, s’est fait humilier en Côte d’Ivoire, où les « Eléphants » ont écrasé les « Lions » par 4 buts à 2. Ainsi les chances de l’équipe de foot de se qualifier sont plus que jamais  compromises. Une mauvaise  performance qui vient s’ajouter à celle d’un autre entraîneur national de la « Tanière » et ancien international : Amara Traoré. Pourtant soulignent des sources proches de la fédération que dirige Me Augustin Senghor, « on leur avait tout donné. Le Gab entre leurs salaires et les revenus des entraîneurs étrangers qui ont été recrutés dans le passé n’est pas aussi grand qu’on le pense ». Ainsi, la Fédération se serait  déjà faite une religion : reprendre un entraîneur étranger ; les nationaux ayant prouvé leurs limites et les Sénégalais étant avides de voir les « lions » briller dans les compétitions internationales. Selon nos sources, les autorités  sportives s’activent dans ce sens. Elles n’attendraient que la confirmation de la disqualification des poulains de Koto pour le déposer et recruter un « sorcier blanc ».

 

Rentrée scolaire en catastrophe : Le ministre Ibrahima Sall sur siège éjectable

 Jamais une rentrée scolaire n’a été aussi ratée  que celle de cette année. Elle survient dans un contexte où le nouveau président Macky Sall annonce le remaniement du gouvernement d’Abdoul M’baye. Une retouche qui pourrait coûter au ministre de l’Education, Ibrahima Sall, son poste.

Après avoir créé son parti le Model, Ibrahima Sall s’était attaché à soutenir le candidat Macky Sall, dès le premier tour de la dernière élection présidentielle, dans le cadre de la coalition Macky 2012. Celui-ci élu l’a nommé ministre de l’Education nationale. Mais ; depuis ses relations avec les syndicats ne font que se distendre. Ce qui a amené quelques leaders à soutenir que M. Sall n’a pas le profil de l’emploi. Ce qui augure d’une année chaotique. Les syndicalistes et le ministre campant chacun dans ses positions. M. Sall s’est singularisé en programmant l’ouverture des classes à la même date que la tenue de l’examen du Bfem. Une  erreur technique ; qu’il risque de payer. Elle a fait que les enseignants n’ont pas pu revoir leurs élèves. De même les  élèves en classe de terminale ne savent  pas encore quand est-ce qu’ils vont subir les examens du Baccalauréat. Ainsi menacent-ils de perturber les inscriptions. Une situation qui risque bien de coûter à Ibrahima Sall son poste. De sources proches de la présidence ; il risque au meilleur des cas d’être nommé à la tête d’un ministère moins sensible et glissant.

 

Bradage des terres du Cices :Le président Macky ira-t-il jusqu’au bout ?

Son prédécesseur à la tête du Sénégal, l’ancien président Wade, s’est permis de faire une sortie publique, pour le sommer de ne pas s’attaquer à ses ancien ministres, dont les gestions pourraient accoucher de sanctions pénales. Mais, Macky Sall semble décidé à s’atteler, qu’il continue de brandir. Seulement, toute la question est de savoir si le nouvel homme fort du régime ira jusqu’au bout, dans ce sens, du dossier qu’il est convenu d’appeler l’affaire « Cices » (Centre international du commerce extérieur du Sénégal).

Macky Sall a été ministre et Premier ministre de l’ancien président Abdoulaye Wade. Au-dessus de ces « stations », il a assisté et cautionné, dans les normes étatiques, de directeurs du Cices, parmi lesquels Adama Sall, qui sera nommé ministre quand il était à la Primature, et de Souleymane Baïdy Ndiaye, qui était un de ses premiers fidèles, dans la région de Kaolack. L’un et l’autre lui ont-il « profité », durant son ascension vers la magistrature suprême ; politiquement et financièrement. Il s’y ajoute que l’ancien président Abdoulaye Wade ne serait pas étranger à l’accaparement du domaine de la Foire, si décriée par les travailleurs du Cices. Cet ancien avocat ne manque pas de détenir, sous la main, des informations à ce titre. Last, but not least, le président Macky Sall aurait bénéficié d’une parcelle, revendue, dans le domaine attribué au politicien et homme d’affaires Mbackyou Faye, dans le cadre de la réalisation du « Monument de la renaissance africaine ». Autant d’allégations qui amènent à se demander, comme s’interroge un responsable du Cices, « si Macky ira, vraiment, jusqu’au bout » du bradage du domaine des Cices. Et, la situation de dégradation de ce patrimoine est telle que la nouvelle ministre du Commerce, Mme Mata Sy Diallo, se demande si la foire internationale de cette année pourra être organisée dans un domaine plus qu’atrophié.

 

Casamance: une attaque rebelle perturbe la deuxième session du Bfem

Une attaque à Baghagha,en Casamance a perturbé le bon déroulement de la deuxième session du Bfem dans cette localité.

En juillet, lors de la première session, dans certains villages considérés comme étant des bases de rebelles, l’examen du Bfem a été offert comme un plateau d’argent en raison de la situation d’insécurité.

C’est tout à fait normal que certains élèves en quête du diplôme n’hésitent pas à quitter Ziguinchor pour ces zones où les correcteurs sont beaucoup plus généreux nous dit-on.

En tout cas, la situation est inquiétante dans cette partie du Sud, les populations ne sont plus en sécurité. Car les rebelles hantent toujours le sommeil de ces dernières.

Jusqu’à présent, les autorités de ce pays tardent à trouver une solution pour mettre fin à cette guerre qui a trop duré.

Augmentation du gaz et du gasoil : Coup dur pour les ménagères !

Depuis que le Sénégal s’est installé au pouvoir, le Sénégal vit dans une impasse totale. Les Sénégalais ne savent plus à quel sain se vouer à cause des difficultés de l’heure. Coup dur pour les familles : parce que le Sénégal vit des moments le moins difficiles. Certains regrettent le départ du président sortant Abdoulaye Wade, tandis que d’autres dénoncent le mauvais jeu de Macky Sall qui, selon eux, n’a pas respecté ses engagements.

« Tout est cher dans le pays, on a augmenté encore le gaz. Le prix retourne là où il était » se plaint une femme ménagère que nous avons rencontrée aujourd’hui au marché Thilène.

« Si Macky Sall ne peut pas mieux faire que Wade, mieux vaut qu’il laisse le pays avant d’aller très loin » ajoute t-elle.

« Franchement, je n’ai rien  compris de Macky Sall. Depuis le départ de Wade, rien ne marche dans ce pays » a soutenu pour sa part, un chauffeur de taxi.

Le chauffeur de taxi d’expliquer : « le prix du gasoil a augmenté ».

Dans ces conditions, le chauffeur de taxi indique qu’il est impossible que lui et ses collègues puissent s’en sortir.

« Personnellement, je regrette le départ de Wade » déclare Mme Bâ  travaillant à Enda graf. Elle laisse entendre que les Sénégalais viennent de savoir que Wade est un travailleur.

« Même si Wade fait des erreurs, nous devons reconnaître au moins qu’il a bossé pour son pays. Avec Macky Sall, j’ai peur ; en plus du jour au lendemain, il nomme des ministres conseillers. J’ai appris aussi à travers la presse qu’il va augmenter son gouvernement » martèle Mme Bâ.

En tout cas, l’emballage la plus utilisée, celle de 6 kg qui s’échangeait à 3 350 Fcfa, vaut désormais 3 700 Fcfa, une hausse de 350 Fcfa. Celle de 9 kg qui valait 4 985 Fcfa, passe à 5 510 Fcfa, soit une augmentation de 525 Fcfa. En ce qui concerne l’emballage de 12.5 kg, il faut désormais 7 905 Fcfa pour l’obtenir contre 7 170 récemment ; et celle de 38 kg, 24 025 contre 21 795 de nos francs, soit une augmentation considérable de plus de 2000 francs.

Au-delà des maux, le monde rural souffre énormément. Mais les autorités n’en ont cure. Elles n’ont d’yeux que pour leurs intérêts personnels ; elles font la sourde oreille comme si rien n’y était. Et pire, le président Macky Sall promet d’augmenter la taille de son gouvernement. Pendant ce temps, les prix des denrées de consommation continuent, de monter en flèche… Au grand dam de l’éternel dindon de la farce. Gorgulou Sénégalais, bien sûr …
 

Situation géographique de mon quartier: Yoff,un quartier réputé calme!

Mon quartier est situé à l’extrémité ouest de la presqu’île du Cap-Vert. Elle est entourée à l’ouest par la commune d’arrondissement de Ngor, au nord par l’Océan Atlantique, au sud par l’aéroport international de Dakar Léopold-Sédar Senghor et la commune d’arrondissement de Ouakam, et l’est par les communes des Parcelles Assainies, Patte d’Oie et Grand-Yoff.

Yoff est une des dix neuf (19) communes d’arrondissement de la ville de Dakar. Elle couvre une superficie de 790 ha et forme avec les communes d’arrondissement de Ngor, Ouakam et Mermoz Sacré Cœur, l’arrondissement des Almadies. En plus des quartiers traditionnels (Ndénatte, Dagoudane, Ngaparou, Ndeungage, Tonghor, Layène, Mbenguène), la commune de Yoff comprend les nouveaux quartiers comme Ouest Foire, Nord Foire, Biagui, Diamalaye, Palène.

La commune de Yoff fait frontière au sud avec celles de Ouakam et Mermoz ; à l’ouest avec celle de Ngor ; à l’est avec celles des Parcelles Assainies, de la Patte d’Oie et de Grand-Yoff. Au Nord, sa côte est baignée par les eaux de l’océan Atlantique sur environ une dizaine de km.

D’une population de 12601 hbts en 1988, elle  est passée à près de 55000 hbts en 2002 .  Mon quartier est très calme: les gens vivent dans la solidarité.  Mieux,les gens circulent tard jusqu’à la nuit, parce que la sécurité dans le quartier. A noter que des français et, même des américains habitent avec des familles sénégalaises. Ils profitent pour apprendre le wolof, une langue maternelle.

Foncier au Sénégal : Plaidoyer pour des réformes porteuses d’un nouveau mode de gestion des terres agricoles

  « La question foncière est un enjeu de taille dans le vécu du groupe ». Ses propos émanent de Mme Viviane Dos Santos Bambassi, Directeur de Cabinet du ministre de l’agriculture et de l’équipement rural.

En effet, dans la conception négro-africaine, la terre représente un patrimoine sacré, collectif, inaliénable. Pour Mme Viviane Dos Santos, la terre constitue un moyen d’existence et de continuité du groupe, auquel elle confère une certaine puissance politique et un prestige social.

Avant les indépendances, elle indique que le colonisateur a ignoré ces réalités et a pratiqué une politique imposant une doctrine foncière unique à travers décrets et arrêtés. « Cette politique a échoué, la population autochtone ayant préféré gérer ses terres selon la tenure coutumière » dit-elle.

Avant d’ajouter : « cet échec a permis au législateur de prendre suffisamment de recul pour concevoir au lendemain de l’indépendance la loi 64-46 relative au domaine national. Il s’agit d’une loi endogène relativement souple qui ne se démarque pas véritablement des valeurs africaines ».

.Selon Mme Viviane Dos Santos,  des réformes s’imposent dans la gestion des espaces agricoles.

‘’Nous allons faire une réflexion autour de toutes les questions avec l’ensemble des partenaires en vue de bâtir un consensus sur un mode de gestion des terres agricoles. Mais aussi il faut revoir des lois relatives notamment au domaine national’’, a reconnu Mme Dos Santos.